Archives de catégorie : Non classé

Le SXO, l’héritier du SEO

Google est aujourd’hui le moteur de recherche le plus utilisé dans le monde. Sur une recherche Google, 70% des internautes ignorent les liens payants. Travailler son référencement naturel est donc primordial pour augmenter son PageRank et son taux d’acquisition.

Parmi les techniques SEO utilisées jusqu’à aujourd’hui, on retrouve l’insertion abusives de mots-clés dans le corps du site. Cette dernière était autrefois redoutablement efficace. Elle est aujourd’hui de moins en moins utilisée car les comportements des utilisateurs changent et Google s’y adapte.

Pour conserver ou optimiser son PageRank, il va donc falloir adapter son site à ces changements.

  1. Google, moteur de recherche, tend à devenir un moteur de réponse

1.1 Le RankBrain

Google annonce régulièrement des nouveaux algorithmes ou des mises à jour. C’est en avril 2015 qu’il annonce la sortie du RankBrain, basé sur l’intelligence artificielle. Le RankBrain est un algorithme de pertinence qui permet à Google d’estimer quels sont les résultats les plus pertinents pour une nouvelle requête. Son objectif est de comprendre le sens des mots. Selon les déclarations de Greg Corrado, le RankBrain serait devenu le 3ième critère SEO le plus important dans le classement des résultats dans la SERP Google.

1.2 La position zéro 

En 2016, Google mis en place la position zéro. La position zéro est une réponse « premium » pour l’internaute, qui s’affiche au-dessus du premier lien sponsorisé ou de la première position naturelle. Elle peut prendre la forme d’un paragraphe, d’une liste ou d’un tableau.

1.3 La recherche vocale

En 2018, sur les 3,3 milliards de requêtes effectuées quotidiennement dans le monde, 1 sur 5 l’a été vocalement (Siecledigital, 2018). En 2020, 50% des requêtes seront vocales (Etude comscore, 2016). 24% des consommateurs indiquent qu’ils privilégient l’assistance vocale par rapport à la recherche en ligne (Capgemini, 2018). Cette tendance s’explique par la volonté de tous à obtenir une information rapidement. Une personne peut prononcer en moyenne 150 mots à la minute, alors que la plupart ne peuvent taper qu’un peu moins de 40 mots en une minute (Imagecréation, 2018). Aujourd’hui, nous « parlons » nos requêtes. Cette évolution permet l’allongement des requêtes et l’accès au format « question ».

  1. Le SXO va remplacer le SEO

    2.1 Le SXO, qu’est ce que c’est ?

Le SXO, Search Expérience Optimization, est le successeur du SEO. Il permet de prendre plus en compte la qualité de l’expérience de l’utilisateur en phase de recherche d’information et de navigation sur le site.

Mettre en place une stratégie SXO permet de rester présent sur la SERP, d’attirer des internautes qualifiés, puis de les faire convertir sur le site. Tout cela en évitant le phénomène de pogosticking.

2.2 Comment anticiper cette évolution ?

Anticiper cette évolution et mettre en place une stratégie SXO dès aujourd’hui est primordiale. En effet, la recherche vocale et la position zéro représentent un risque pour les retardataires. Elles offrent une réponse précise et rapide à l’internaute, qui ne va pas poursuivre ses recherches en cliquant sur d’autres liens sur la SERP. Seul la « meilleure » réponse, en première position, est transmise à l’individu. Voici les points principaux à travailler :

  • Privilégier les mots-clés sous forme de question
  • Privilégier les phrases plutôt que la succession de mots-clés
  • Proposer un contenu de qualité qui correspond à l’offre proposé sur la page du site.
  • Le contenu doit apporter de la valeur à l’utilisateur et être exhaustif pour apporter une réponse complète à l’utilisateur
  • Ne pas faire de « suroptimisation »
  • Le temps de chargement du site doit être réduit au maximum
  • Mettre à jour le contenu de manière crédible et sans erreur
  • Travailler l’UX de son site pour permettre à l’internaute de trouver facilement sa réponse

Aujourd’hui, il ne suffit plus d’attirer des internautes sur notre site. Il faut attirer des internautes qualifiés et les pousser à convertir sur le site en leur offrant une expérience utilisateur satisfaisante.

POURQUOI UTILISER L’IOT DANS UNE STRATEGIE DE MARKETING DIGITAL ?

POURQUOI UTILISER L’IOT DANS UNE STRATEGIE DE MARKETING DIGITAL ?

L’IoT : LA solution à tous vos problèmes en tant que professionnel du marketing

L’Internet des objets (Internet of Things) est la connexion entre des appareils de tous les jours (voiture, lumière, réfrigérateur, etc.) à un device informatique. Des données sont alors échangées entre les deux éléments, permettant aux entreprises d’avoir une idée beaucoup plus précise de l’utilisation de leur produit.

L’utilisation de l’IoT peut être applicable à de nombreux domaines tels que l’e-santé, la domotique, etc.

Un exemple connu de tous qui illustre l’utilisation de l’IoT est les bornes de satisfaction présentes dans les magasins ou enseignes de grande surface. Elle donne la possibilité aux consommateurs de s’exprimer sur leur ressenti et permet aux entreprises de pouvoir avoir un feed-back et de mettre en place des améliorations dans ce sens.

Grâce à la récolte massive de données (big data), les entreprises peuvent désormais analyser le comportement de leurs consommateurs pour affiner de manière beaucoup plus précise leurs futurs produits ou leurs campagnes de communication par exemple. L’objectif étant de se rapprocher au maximum du besoin réel du consommateur et d’y répondre.

 

Comment intégrer l’IoT dans votre stratégie marketing ?

Vous l’avez compris, l’IoT est en train de révolutionner la manière de penser une campagne marketing mais également tout ce qui englobe la commercialisation d’un produit.
De plus en plus, les entreprises revoient leur manière d’agir en mettant le consommateur au centre de toutes les réflexions. Avec cette nouvelle révolution, il semble judicieux de mettre le consommateur et l’IoT au centre de tout pour anticiper et organiser au mieux son utilisation.

1. Incorporer l’IoT tout au long du parcours client

L’IoT va vous permettre de communiquer le bon message (personnalisation), au bon moment (besoin) à la bonne personne (device). Imaginons qu’à partir des données collectées via votre téléphone et en passant à côté d’une balise d’un magasin, vous puissiez être directement targetté par une publicité en accord avec le magasin. Par exemple, en passant à côté d’une salle de sport vous recevriez une pub d’une marque de vêtement sportif.

2. Rechercher des agences spécialisées

Au fur et à mesure du temps, la fonction des agences de communication va changer. Elles vont devenir un prestataire technique et spécialisé dans l’IoT. Grâce à cette innovation et les mutations qu’elle va engendrer, de nombreuses agences vont subir une transformation les rendant plus techniques et expertes dans ce domaine. Leur but se rapprochera de plus en plus vers l’analyse de données, la création de reporting, la création d’outil ou de plate-forme d’analyse de donnée, etc. Ces nouveaux KPI gérés et analysés directement par l’agence, permettra d’inclure ces résultats dans leur analyse complète et globale de votre entreprise et de vous faire de nombreuses préconisations.

3. Analyser la masse de donnée

Les objets connectés apportent une telle masse d’informations, quant à leur utilisation, que le mot « big data » ne conviendrait pas. Il est donc essentiel qu’un temps d’analyse et de traitement de ces données soit alloué.

Analyser les données permet d’établir un profil, un personna, précis de votre client et donc d’anticiper son futur besoin.

La masse d’informations peut être très importante ce qui pourrait entrainer une perte de leur compréhension (infobésité). Dans ce cas-là, pas de panique. Mettez-vous à la place du consommateur pour essayer de comprendre pourquoi il a fait telle ou telle action, cela vous permettra de mieux comprendre comment interpréter les chiffres et en tirer de meilleures actions.

Attention à la sécurité des données !

Un des buts de l’utilisation de l’IoT est la récolte et l’analyse de données par l’entreprise. Toutes ces informations collectées vont être sous votre responsabilité. Il est donc essentiel de veiller à la sécurisation de ces données pour qu’elles ne fuitent pas.

Dans le futur, une surveillance accrue de la confidentialité et de la sécurisation des données est à anticiper.  De futures réglementations et lois pourraient émerger au fil du temps dans le but de protéger les données des consommateurs.

 

Toujours pas convaincu ?

L’IoT va vous permettre :

  • De personnaliser votre message: du réveil à la machine à café en passant par le suiveur de condition physique sans oublier la réservation d’un taxi, l’IoT va vous permettre de connaitre en détail le style de vie de vos clients et par conséquent de personnaliser votre produit, votre communication mais aussi son expérience client en fonction de lui.
  • D’avoir un service instantané: grâce à l’IoT, le consommateur aura accès à tout, rapidement et directement. Imaginez qu’un réfrigérateur connecté observe qu’il ne reste plus qu’une seule cannette de votre boisson préférée. Il pourra alors envoyer cette information, commander un nouveau paquet et faire en sorte qu’il soit livré devant votre porte avant votre retour du travail. Grâce à l’IoT, vous répondrez au besoin de votre client avant même qu’il ne se manifeste. Magique non ?
  • D’avoir une opportunité infinie de publicité: le fait que les objets du quotidien soient connectés, permet aux entreprises de pouvoir faire de la publicité d’une manière inimaginable. Vous vendez des plats préparés ? faites de la publicité sur un micro-onde. Avec l’IoT, c’est possible.

 

Les données créées par l’IoT sont considérables et vont faire évoluer le marketing d’aujourd’hui ainsi que les modes de consommations. Etes-vous prêt ?

4 conseils pour bien démarrer sa carrière de consultant

demarrage carriere consultant
De part vos études et de vos stages, vous disposez déjà d’une base de connaissances et de compétences pour démarrer votre vie professionnelle. Toutefois, pour bien débuter une carrière de consultant en cabinet de conseil,  vous allez constater qu’il faudra acquérir des savoir-faire complémentaires et développer un savoir-être.

 

Misez sur vos capacités d’adaptation pour devenir un consultant

 

Le conseil est sans doute l’un des domaines qui permet de découvrir une grande diversité de fonctions, de secteurs d’activité et d’entreprises en peu de temps. Un consultant passe d’une mission à l’autre, d’un client à un autre, et même d’une équipe à une autre au sein d’un même cabinet ! Il faudra vous adapter rapidement pour maîtriser les problématiques de chaque client.

Allez à la rencontre des collaborateurs de votre client afin de comprendre leurs métiers et leurs difficultés. Le consultant doit entrer rapidement en action, connaître le fonctionnement de l’entreprise depuis l’intérieur permettra d’assimiler les codes et problématiques en lien avec la mission donnée.

Maîtrisez les outils

L’efficacité est de mise dans un cabinet de conseil. Vous devez produire des livrables, vous avez une durée de mission à respecter. Donc vous serez amené à utiliser de nombreux outils de travail de façon avancée : les fonctions avancées d’Excel, VBA, toutes les possibilités offertes par PowerPoint… Vous allez perfectionner vos présentations avec ces outils et apprendrez à résumer la situation et vos recommandations de façon claire et pertinente.

Voici quelques outils indispensables pour un consultant junior :

  • Outils de partage de documents : Google DRIVE, Microsoft SharePoint, DropBox,
  • Outils de messagerie instantanée : Skype for Business, Google Hangouts, Slack
  • Agendas partagés : Microsoft Outlook, Google Calendar
  • Outils de gestion des tâches : Trello
  • Outils de visioconférence : Join.me, Skype, GoToMeeting, Appear.in

Apprenez une nouvelle langue, parlez le consulting !

Oui vous avez appris l’anglais à l’école… Mais cela ne suffira pas ! Vous vous en rendrez vite compte en entendant parler de ”Bench ou benchmark”, “d’être staffé”, “CDC” (c’est-à-dire de Cahier des chares) ou encore “brown paper”. Dans les cabinets de consulting, on adore les anglicismes et les acronymes. Rassurez-vous, ils emploient une vingtaine de termes que vous intégrez vite.

 

Ne perdez pas une occasion d’apprendre

En évoluant aux côtés des consultants sénior et des managers des entreprises clientes, vous aurez l’occasion de voir des cadres expérimentés travailler. N’hésitez pas à assimiler leurs méthodes de travail, à intégrer leurs techniques. Et vous deviendrez en quelques mois un expert du problem solving !

 

A lire également sur ce blog : « Comment prospecter sur les réseaux sociaux professionnels« .

 

Quel CMS choisir pour son site internet: WORDPRESS ou DRUPAL?

Avant de se lancer dans la refonte d’un site internet, on peut se poser certaines questions: Doit-on choisir une solution open-source comme un CMS ou une solution propriétaire ? Et parmi les CMS Open-source, lequel choisir ?

Résultat de recherche d'images pour "image wordpress vs drupal"

WordPress VS Drupal – Source: Kinsta

Continuer la lecture

Google lance sa propre Marketplace, un futur concurrent pour les grands acteurs du e-commerce ?

Dans quelques mois, Google déploiera sa propre marketplace en France. Un moyen de monopoliser le marché et de faire face aux grands acteurs du e-commerce comme Amazon ou Cdiscount.

En phase de bêta test depuis mi-décembre, la marketplace Google verra le jour en France en milieu d’année 2019. Google Shopping va devenir Google Shopping Actions, une marketplace sous le même principe qu’Amazon.

Interface Google Shopping Actions

Interface Google Shopping Actions – Source : Blog du modérateur

Comment fonctionne la future marketplace Google ?

La marketplace Google côté clients

Cet outil de vente e-commerce permettra aux clients d’effectuer leurs achats à un ou plusieurs e-marchands directement depuis la même interface sur Google Shopping Actions. L’internaute aura à remplir un seul et même panier. Le check-out sera simplifié et le moyen de paiement facilité, après avoir enregistré ses informations de paiement, le client pourra payer en 1 click lors de ses prochaines commandes.

La marketplace Google côté e-marchands

Côté vendeurs, les e-marchands pourront paramétrer Google Shopping Actions en choisissant de désactiver ou non la diffusion de leurs produits sur la marketplace Google. Le processus de vente est géré par Google du début à la fin, la gestion de paiement, Google Payment qui fait partie de l’éco-système Google. La livraison sera effectuée par le marchand afin d’éviter toute action de la part de Google. L’avantage côté e-commerçant, la commission versée à Google se fera uniquement lorsqu’une vente sera effectuée, et non plus au CPC ou au CPM. Une commission qui serait moins élevée qu’Amazon, l’enjeu recherché étant d’attirer les e-marchands vers son nouvel outil de vente Google Shopping Actions. Ainsi, selon les types de produits, Google prendra une commission de 6 à 15%.

Tableau comparatif des taux de commissions aux Etats-Unis entre Google et Amazon

Tableau comparatif des taux de commissions aux Etats-Unis entre Google et Amazon – Source : LSA

Un futur concurrent d’Amazon ?

Numéro 1 des marketplaces

Amazon, est numéro 1 des plus importantes marketplaces. En 2017, 2 milliards de produits sont vendus par des e-marchands. Une majorité des recherches de produits est alors effectuée sur Amazon par les internautes, cumulant un trafic important de leurs requêtes. Google voit l’opportunité d’occuper une plus grande place de marché et bénéficier d’un trafic encore plus important.

Google révolutionnera t-il les marketplaces ?

Le lancement de la marketplace Google pourrait s’agir d’un premier pas vers l’e-commerce, même si Google ne  revendique pas Google Shopping Actions comme une marketplace. Par rapport à Amazon, Google propose en supplément une nouvelle expérience d’achat en fluidifiant l’expérience e-commerce des consommateurs, le tout en facilitant leurs parcours d’achat.