Archives de catégorie : Non classé

TROUVER UNE ENTREPRISE EN ALTERNANCE

Félicitation, tu as été retenu pour une formation qui te plait dans une école qui te correspond. Tu as choisi de suivre ce cursus en alternance, en effet c’est une technique d’apprentissage très intéressante, qui séduit de plus en plus d’étudiants.

Cependant, il te reste à trouver l’entreprise. C’est peut-être l’étape la plus difficile.

Comment faire ? Par quoi commencer ? Que faut-il préparer ? Tu te poses sûrement beaucoup de questions… Ne t’inquiète pas, nous sommes là pour t’aider à la trouver !

Voici tous nos conseils pour trouver l’alternance de tes rêves !

(Ceci est un partage d’expérience ! 😉 )

 

 

S’y prendre à l’avance est la clé ! 

Je te conseille de commencer tes démarches environ 6 mois avant ta rentrée. Pour une rentrée en septembre, tu peux commencer tes recherches en février.

Trop tôt, les entreprises n’ont pas défini leur stratégie RH et publié leur offre d’alternance. Ta candidature sera donc trop précoce.

Trop tard, tu prends des risques, il te restera un choix limité d’entreprises. Les offres les plus intéressantes ne seront plus disponibles. Puis si tu peux t’éviter le stress lié à une recherche de dernière minute, c’est bien mieux !

 

 

Quoi préparer ?

Avant toute chose, il faut apprendre à te vendre et donc préparer tes documents de vente : CV et lettre de motivation ! Ces deux documents sont très importants puisqu’ils vont donner envie au recruteur de te rencontrer !

 

Prépare ton CV :

Résultat de recherche d'images pour "cv icon png"

A ce stade-là de ta scolarité, généralement, tu n’as pas beaucoup d’expérience : quelques jobs d’été, des stages à courte durée, du babysitting …

Malgré tout, il faut réussir à faire ressortir les compétences acquises lors de ses mini-expériences et les lier à ta formation et aux missions que tu souhaites réaliser en alternance.

Tu n’as pas beaucoup d’expérience et tu as comblé ton manque d’expérience sur ton CV avec tes formations ? Tu as acquis certes beaucoup de connaissances à l’école … mais rappelle-toi tous les travaux de groupe et les projets que tu as réalisé, finalement tu as développé des compétences ! Mets-les en avant, liste les projets intéressants que tu as effectué, montre les résultats que tu as obtenu !

Le CV se décline aujourd’hui en plusieurs supports :

  • CV en ligne : intéressant puisque tu peux intégrer des liens directs vers tes projets dans ton CV. Comment faire un CV en ligne ? 
  • CV en vidéo : un format attractif, une façon de te connaitre un peu plus… Des exemples de CV en vidéo 
  • Autre format : brochure, magazine, vêtement, adapte-toi au secteur d’activité qui t’intéresse, soit créatif !

Résultat de recherche d'images pour "linkedin png"N’oublie pas de travailler aussi ta page LinkedIn !  80% des employeurs regardent la page LinkedIn d’un candidat avant de le recruter.

 

Dernier conseil : ne te sur-vend pas, rien ne sert de mentir, reste fidèle à toi-même ! (le mensonge ne te rendra pas service)

 

Ta lettre de motivation est très importante :

Image associée

Utile de rappeler qu’une lettre de motivation doit être personnalisé, n’est-ce pas ? 😉

Prépare la version type de ta lettre de motivation et met la en forme.

To do :

  • Crée une description originale de toi et de ta personnalité
  • Montres ce que tes expériences et tes formations t’ont apporté …
  • Et laisse un paragraphe vide pour exposer ce que cette entreprise peut t’apporter !

La personnalisation est la clé, tu dois séduire l’entreprise. Pour la séduire, tu dois montrer que tu t’es informé et que tu l’as connais parfaitement !

Tu l’as bien compris, tu ne pourras pas créer 100 lettres de motivation personnalisées. Il va falloir faire des choix et choisir les entreprises qui te plaisent réellement. RDV à l’étape suivante 😉 .

 

  

Trouver l’entreprise de tes rêves : une vraie stratégie !

Femme, Ordinateur Portable, D'Affaires, Blogs, Blogger
Maintenant que tes documents sont prêts, que tu as un CV à ton image et une lettre de motivation béton, tu peux enfin commencer ta recherche d’entreprise.

Tu t’y ai pris à l’avance, tu as le temps, tu peux donc être gourmand et chercher l’entreprise de tes rêves.

 

Première chose, réfléchis à ce que tu souhaites réellement !

As-tu un secteur d’activité qui te plait ? (Cosmétiques, automobile, viticulture…) Une structure d’entreprise dans laquelle tu penses mieux t’épanouir ? (Grand groupe, PME, startup).  souhaites tu-travailler ? Mais surtout quelles missions t’intéressent ?

Résultat de recherche d'images pour "cible icon png"Je souhaite travailler :

  • Dans les cosmétiques
  • Dans une startup
  • A Toulouse
  • Sur des missions de marketing digital

Cible, dans un premier temps, les entreprises qui correspondent à ce que tu veux faire. Applique-toi dans ta candidature pour mettre toutes les chances de ton côté. L’entreprise va sentir ton intérêt et tu auras beaucoup plus de chance de décrocher un entretien !

 

Où trouver les offres ?

Tu peux les trouver dans des sites d’offre, comme Indeed, Monster, StepStone, L’Étudiant…. C’est en général le premier réflexe de monsieur tout le monde.

Sois pro-actif :

  • Rends-toi dans des forums dédiés, des salons de l’alternance pas loin de chez toi.
  • Pars à la recherche d’information, sur les sites des entreprises que tu aimes et leurs réseaux sociaux.
  • Ose ! Tu peux aussi déclencher un besoin chez l’entreprise en envoyant une candidature spontanée.
  • Pense aussi à ton réseau. « Mais à mon âge je n’ai pas vraiment de réseau professionnel… » Je ne parle pas seulement de tes proches famille/ami mais demande à tes profs, à tes camarades s’ils ont des pistes, crée un post de recherche sur tes réseaux sociaux. Tu peux aussi demander à tes anciens employeurs. Crée-toi tes opportunités !

 

Envoyer sa candidature :

Créer une relation one-to-one avec l’entreprise. Il est hors de question de relever les e-mails de chaque entreprise et d’envoyer un message unique de masse à toutes les adresses mail que tu as relevé. Tu vas certes gagner du temps mais tu auras zéro résultat !

Un envoi = une entreprise = un message unique

Et n’oublie pas de joindre à ta candidature tes supports personnalisés !

 

Le premier contact ne suffit pas  … 

Tu as envoyé ta candidature … mais tu n’as pas reçu de réponse. C’est ce qui arrive dans la majorité des cas malheureusement. Ne te décourage pas, il faut que tu les relance pour montrer encore plus ta motivation !

Relance les entreprises que tu as contacté :

  • Step 1 : Tu as répondu à leur offre ou envoyé une candidature spontanée (par email ou formulaire).
  • Step 2 : Connecte-toi avec les personnes concernées par le poste pour lequel tu postules, sur Linkedin.
  • Step 3 : Envoi un email de relance pour t’assurer de la réception de ta candidature et pour demander un entretien afin d’exposer tes motivations.
  • Step 4 : Appelle, en expliquant que tu as posé ta candidature et que tu aimerais un entretien.

Bien évidemment, laisse une période entre chaque phase.

Par exemple, les étapes 1 et 2 peuvent avoir lieu en même temps. Attends ensuite deux semaines pour relancer par email et deux autres semaines pour relancer par appel.

Conseil : crée-toi un tableau Excel de suivi pour ne pas te perdre. 😉 Il te permettra de gérer ton temps et de ne pas te perdre dans tes candidatures. Un exemple de tableau de suivi de candidatures

La motivation est la clé, l’entreprise doit se sentir flatter. Si les périodes sont respectés, l’entreprise ne va pas se sentir harcelé mais comprendra que tu es réellement motivé !

 

Pour conclure :

C’est un travail long certes mais efficace, et qui va beaucoup t’apporter. Pas seulement pour trouver une entreprise qui va financer ta formation, mais une entreprise qui va t’accompagner, te former, et t’ouvrir les portes du marché du travail. Cette alternance sera un tremplin pour un emploi plus tard.

Tu as maintenant toutes les clés en main pour trouver une entreprise en alternance.

 

Si tu as des questions, n’hésite pas à nous les poser.

Partage ton expérience en commentaire ! Tiens-nous au courant de ta recherche d’alternance surtout, ça nous intéresse.

Bon courage !

Laïdia 🙂

Le SXO, l’héritier du SEO

Google est aujourd’hui le moteur de recherche le plus utilisé dans le monde. Sur une recherche Google, 70% des internautes ignorent les liens payants. Travailler son référencement naturel est donc primordial pour augmenter son PageRank et son taux d’acquisition.

Parmi les techniques SEO utilisées jusqu’à aujourd’hui, on retrouve l’insertion abusives de mots-clés dans le corps du site. Cette dernière était autrefois redoutablement efficace. Elle est aujourd’hui de moins en moins utilisée car les comportements des utilisateurs changent et Google s’y adapte.

Pour conserver ou optimiser son PageRank, il va donc falloir adapter son site à ces changements.

  1. Google, moteur de recherche, tend à devenir un moteur de réponse

1.1 Le RankBrain

Google annonce régulièrement des nouveaux algorithmes ou des mises à jour. C’est en avril 2015 qu’il annonce la sortie du RankBrain, basé sur l’intelligence artificielle. Le RankBrain est un algorithme de pertinence qui permet à Google d’estimer quels sont les résultats les plus pertinents pour une nouvelle requête. Son objectif est de comprendre le sens des mots. Selon les déclarations de Greg Corrado, le RankBrain serait devenu le 3ième critère SEO le plus important dans le classement des résultats dans la SERP Google.

1.2 La position zéro 

En 2016, Google mis en place la position zéro. La position zéro est une réponse « premium » pour l’internaute, qui s’affiche au-dessus du premier lien sponsorisé ou de la première position naturelle. Elle peut prendre la forme d’un paragraphe, d’une liste ou d’un tableau.

1.3 La recherche vocale

En 2018, sur les 3,3 milliards de requêtes effectuées quotidiennement dans le monde, 1 sur 5 l’a été vocalement (Siecledigital, 2018). En 2020, 50% des requêtes seront vocales (Etude comscore, 2016). 24% des consommateurs indiquent qu’ils privilégient l’assistance vocale par rapport à la recherche en ligne (Capgemini, 2018). Cette tendance s’explique par la volonté de tous à obtenir une information rapidement. Une personne peut prononcer en moyenne 150 mots à la minute, alors que la plupart ne peuvent taper qu’un peu moins de 40 mots en une minute (Imagecréation, 2018). Aujourd’hui, nous « parlons » nos requêtes. Cette évolution permet l’allongement des requêtes et l’accès au format « question ».

  1. Le SXO va remplacer le SEO

    2.1 Le SXO, qu’est ce que c’est ?

Le SXO, Search Expérience Optimization, est le successeur du SEO. Il permet de prendre plus en compte la qualité de l’expérience de l’utilisateur en phase de recherche d’information et de navigation sur le site.

Mettre en place une stratégie SXO permet de rester présent sur la SERP, d’attirer des internautes qualifiés, puis de les faire convertir sur le site. Tout cela en évitant le phénomène de pogosticking.

2.2 Comment anticiper cette évolution ?

Anticiper cette évolution et mettre en place une stratégie SXO dès aujourd’hui est primordiale. En effet, la recherche vocale et la position zéro représentent un risque pour les retardataires. Elles offrent une réponse précise et rapide à l’internaute, qui ne va pas poursuivre ses recherches en cliquant sur d’autres liens sur la SERP. Seul la « meilleure » réponse, en première position, est transmise à l’individu. Voici les points principaux à travailler :

  • Privilégier les mots-clés sous forme de question
  • Privilégier les phrases plutôt que la succession de mots-clés
  • Proposer un contenu de qualité qui correspond à l’offre proposé sur la page du site.
  • Le contenu doit apporter de la valeur à l’utilisateur et être exhaustif pour apporter une réponse complète à l’utilisateur
  • Ne pas faire de « suroptimisation »
  • Le temps de chargement du site doit être réduit au maximum
  • Mettre à jour le contenu de manière crédible et sans erreur
  • Travailler l’UX de son site pour permettre à l’internaute de trouver facilement sa réponse

Aujourd’hui, il ne suffit plus d’attirer des internautes sur notre site. Il faut attirer des internautes qualifiés et les pousser à convertir sur le site en leur offrant une expérience utilisateur satisfaisante.

POURQUOI UTILISER L’IOT DANS UNE STRATEGIE DE MARKETING DIGITAL ?

POURQUOI UTILISER L’IOT DANS UNE STRATEGIE DE MARKETING DIGITAL ?

L’IoT : LA solution à tous vos problèmes en tant que professionnel du marketing

L’Internet des objets (Internet of Things) est la connexion entre des appareils de tous les jours (voiture, lumière, réfrigérateur, etc.) à un device informatique. Des données sont alors échangées entre les deux éléments, permettant aux entreprises d’avoir une idée beaucoup plus précise de l’utilisation de leur produit.

L’utilisation de l’IoT peut être applicable à de nombreux domaines tels que l’e-santé, la domotique, etc.

Un exemple connu de tous qui illustre l’utilisation de l’IoT est les bornes de satisfaction présentes dans les magasins ou enseignes de grande surface. Elle donne la possibilité aux consommateurs de s’exprimer sur leur ressenti et permet aux entreprises de pouvoir avoir un feed-back et de mettre en place des améliorations dans ce sens.

Grâce à la récolte massive de données (big data), les entreprises peuvent désormais analyser le comportement de leurs consommateurs pour affiner de manière beaucoup plus précise leurs futurs produits ou leurs campagnes de communication par exemple. L’objectif étant de se rapprocher au maximum du besoin réel du consommateur et d’y répondre.

 

Comment intégrer l’IoT dans votre stratégie marketing ?

Vous l’avez compris, l’IoT est en train de révolutionner la manière de penser une campagne marketing mais également tout ce qui englobe la commercialisation d’un produit.
De plus en plus, les entreprises revoient leur manière d’agir en mettant le consommateur au centre de toutes les réflexions. Avec cette nouvelle révolution, il semble judicieux de mettre le consommateur et l’IoT au centre de tout pour anticiper et organiser au mieux son utilisation.

1. Incorporer l’IoT tout au long du parcours client

L’IoT va vous permettre de communiquer le bon message (personnalisation), au bon moment (besoin) à la bonne personne (device). Imaginons qu’à partir des données collectées via votre téléphone et en passant à côté d’une balise d’un magasin, vous puissiez être directement targetté par une publicité en accord avec le magasin. Par exemple, en passant à côté d’une salle de sport vous recevriez une pub d’une marque de vêtement sportif.

2. Rechercher des agences spécialisées

Au fur et à mesure du temps, la fonction des agences de communication va changer. Elles vont devenir un prestataire technique et spécialisé dans l’IoT. Grâce à cette innovation et les mutations qu’elle va engendrer, de nombreuses agences vont subir une transformation les rendant plus techniques et expertes dans ce domaine. Leur but se rapprochera de plus en plus vers l’analyse de données, la création de reporting, la création d’outil ou de plate-forme d’analyse de donnée, etc. Ces nouveaux KPI gérés et analysés directement par l’agence, permettra d’inclure ces résultats dans leur analyse complète et globale de votre entreprise et de vous faire de nombreuses préconisations.

3. Analyser la masse de donnée

Les objets connectés apportent une telle masse d’informations, quant à leur utilisation, que le mot « big data » ne conviendrait pas. Il est donc essentiel qu’un temps d’analyse et de traitement de ces données soit alloué.

Analyser les données permet d’établir un profil, un personna, précis de votre client et donc d’anticiper son futur besoin.

La masse d’informations peut être très importante ce qui pourrait entrainer une perte de leur compréhension (infobésité). Dans ce cas-là, pas de panique. Mettez-vous à la place du consommateur pour essayer de comprendre pourquoi il a fait telle ou telle action, cela vous permettra de mieux comprendre comment interpréter les chiffres et en tirer de meilleures actions.

Attention à la sécurité des données !

Un des buts de l’utilisation de l’IoT est la récolte et l’analyse de données par l’entreprise. Toutes ces informations collectées vont être sous votre responsabilité. Il est donc essentiel de veiller à la sécurisation de ces données pour qu’elles ne fuitent pas.

Dans le futur, une surveillance accrue de la confidentialité et de la sécurisation des données est à anticiper.  De futures réglementations et lois pourraient émerger au fil du temps dans le but de protéger les données des consommateurs.

 

Toujours pas convaincu ?

L’IoT va vous permettre :

  • De personnaliser votre message: du réveil à la machine à café en passant par le suiveur de condition physique sans oublier la réservation d’un taxi, l’IoT va vous permettre de connaitre en détail le style de vie de vos clients et par conséquent de personnaliser votre produit, votre communication mais aussi son expérience client en fonction de lui.
  • D’avoir un service instantané: grâce à l’IoT, le consommateur aura accès à tout, rapidement et directement. Imaginez qu’un réfrigérateur connecté observe qu’il ne reste plus qu’une seule cannette de votre boisson préférée. Il pourra alors envoyer cette information, commander un nouveau paquet et faire en sorte qu’il soit livré devant votre porte avant votre retour du travail. Grâce à l’IoT, vous répondrez au besoin de votre client avant même qu’il ne se manifeste. Magique non ?
  • D’avoir une opportunité infinie de publicité: le fait que les objets du quotidien soient connectés, permet aux entreprises de pouvoir faire de la publicité d’une manière inimaginable. Vous vendez des plats préparés ? faites de la publicité sur un micro-onde. Avec l’IoT, c’est possible.

 

Les données créées par l’IoT sont considérables et vont faire évoluer le marketing d’aujourd’hui ainsi que les modes de consommations. Etes-vous prêt ?

4 conseils pour bien démarrer sa carrière de consultant

demarrage carriere consultant
De part vos études et de vos stages, vous disposez déjà d’une base de connaissances et de compétences pour démarrer votre vie professionnelle. Toutefois, pour bien débuter une carrière de consultant en cabinet de conseil,  vous allez constater qu’il faudra acquérir des savoir-faire complémentaires et développer un savoir-être.

 

Misez sur vos capacités d’adaptation pour devenir un consultant

 

Le conseil est sans doute l’un des domaines qui permet de découvrir une grande diversité de fonctions, de secteurs d’activité et d’entreprises en peu de temps. Un consultant passe d’une mission à l’autre, d’un client à un autre, et même d’une équipe à une autre au sein d’un même cabinet ! Il faudra vous adapter rapidement pour maîtriser les problématiques de chaque client.

Allez à la rencontre des collaborateurs de votre client afin de comprendre leurs métiers et leurs difficultés. Le consultant doit entrer rapidement en action, connaître le fonctionnement de l’entreprise depuis l’intérieur permettra d’assimiler les codes et problématiques en lien avec la mission donnée.

Maîtrisez les outils

L’efficacité est de mise dans un cabinet de conseil. Vous devez produire des livrables, vous avez une durée de mission à respecter. Donc vous serez amené à utiliser de nombreux outils de travail de façon avancée : les fonctions avancées d’Excel, VBA, toutes les possibilités offertes par PowerPoint… Vous allez perfectionner vos présentations avec ces outils et apprendrez à résumer la situation et vos recommandations de façon claire et pertinente.

Voici quelques outils indispensables pour un consultant junior :

  • Outils de partage de documents : Google DRIVE, Microsoft SharePoint, DropBox,
  • Outils de messagerie instantanée : Skype for Business, Google Hangouts, Slack
  • Agendas partagés : Microsoft Outlook, Google Calendar
  • Outils de gestion des tâches : Trello
  • Outils de visioconférence : Join.me, Skype, GoToMeeting, Appear.in

Apprenez une nouvelle langue, parlez le consulting !

Oui vous avez appris l’anglais à l’école… Mais cela ne suffira pas ! Vous vous en rendrez vite compte en entendant parler de ”Bench ou benchmark”, “d’être staffé”, “CDC” (c’est-à-dire de Cahier des chares) ou encore “brown paper”. Dans les cabinets de consulting, on adore les anglicismes et les acronymes. Rassurez-vous, ils emploient une vingtaine de termes que vous intégrez vite.

 

Ne perdez pas une occasion d’apprendre

En évoluant aux côtés des consultants sénior et des managers des entreprises clientes, vous aurez l’occasion de voir des cadres expérimentés travailler. N’hésitez pas à assimiler leurs méthodes de travail, à intégrer leurs techniques. Et vous deviendrez en quelques mois un expert du problem solving !

 

A lire également sur ce blog : « Comment prospecter sur les réseaux sociaux professionnels« .

 

Pourquoi créer une page entreprise Linkedin ?

Pourquoi chosir d’intégrer Linkedin dans sa stratégie de social media ?

Linkedin est un réseau social professionnel et il regroupe aujourd’hui près de 610 millions de membres dans le monde.

La vraie question à se poser c’est pourquoi se lancer ? Vous devez au péalable définir la ou les principales raisons qui vous poussent à cette création afin d’identifier l’investissement à faire.

Il peut y avoir plusieurs raisons : renforcer le notoriété de la marque, rassembler les collaborateurs sous un nom unique de société, annoncer les dernières nouvelles concernant votre société, votre organisation, vos produits, vos services, mettre en avant votre expertise, mettre en avant votre culture d’entreprise, votre marque employeur et recruter de potentiels collaborateurs …

Vous êtes prêts ? Allons-y !

Comment créer votre page entreprise Linkedin?

Plusieurs étapes :

Si vous n’avez pas encore de page entreprise, vous devez la créer. Pour cela et pour ensuite pouvoir administrer correctement votre page entreprise vous devez respecter certains conditions :

  • Vous devez avoir un profil Linkedin personnel complet et à votre propre nom,
  • La force de votre profil doit être identifiée comme Intermédiaire ou expert absolu,
  • Votre profil doit comporter plusieurs relations,
  • vous devez être employé de l’entreprise. Votre poste doit être listé dans le paragraphe « Expérience » de votre profil personnel,
  • L’adresse e-mail de votre profil doit être une adresse e-mail de votre entreprise (ex sandra@nomdemonentreprise.com). Si vous n’avez pas une adresse e-mail de votre entreprise associée à votre compte Linkedin, vous serez peut-être invité(e) à ajouter et vérifier votre adresse-email.

Votre page Linkedin personnelle est créée correctement ? Alors vous pouvez passer à l’étape suivante.

Tout d’abord cliquez en haut à droite de votre page d’accueil sur l’icône Produits 

Puis cliquez sur l’icone +Créer une page entreprise

Ajoutez des informations à votre page entreprise Linkedin

Les rubriques à compléter sont :

  • Le nom de votre entreprise
  • L’URL Linkedin publique
  • L’adresse de votre site web
  • Votre secteur d’activité, accessible à aprtir d’un menu déroulant
  • La taille de votre entreprise accessible dans un menu déroulant
  • Le type de votre entreprise
  • Votre logo au format 300×300 au format png ou jpeg
  • Le slogan de votre entreprise

Vous pouvez visualiser un aperçu de votre page en création sur la partie droite.

Optimisez votre page Linkedin

Il vous suffit ensuite d’optimiser votre page entreprise Linkedin en complétant :

  • Une description de votre activité : vous avez 2000 caractères à votre disposition pour informer vos visiteurs sur votre offre de manière claire, conscise et cohérente avec votre offre. L’internaute doit comprendre au premier coup d’oeil qui vous êtes, votre valeur ajoutée, votre culture d’entreprise.
  • L’année de création de votre entreprise
  • L’adresse postale de votre entreprise
  • Une photo de couverture : c’est aussi une élément qui va séduire l’internaute, le pousser à revenir, à vous suivre et à entrer en contact avec vous. Les dimensiosn recommandées sont de 1536×768 en foramt png ou jpeg.

Choisissez un ou plusieurs administrateurs de votre page entreprise Linkedin

Il faut que vous soyez connecté aux personnes que vous souhaitez désigner comme administrateur. Tapez les premières lettres du prénom ou du nom, Linkedin vous suggérera des personnes parmi vos contacts. Choisissez des personnes en qui vous avez confiance. Pensez également à spécifier par écrit à ces administrateurs une note indiquant la procédure à suivre au cas où ils quitteraient l’entreprise. La gestion des identifiants et des accès est une préoccupation importante, n’oubliez pas cette étape.

Attirer des followers

Les collaborateurs font partie de vos meilleurs atouts. Ils vont vous permettre d’attirer de nouveaux followers sur votre page. Pensez à indiquer à chaque collaborateur l’existence de votre page entreprise et incitez les à partager vos contenus de manière régulière.

Pensez à publier régulièrement du contenu de qualité. Publier du contenu pertinent est une des clés pour faire vivre et optimiser votre page entreprise Linkedin. Mais attention à ne pas trop publier non plus, avec pour unique objectif de faire du volume avec des contenus peu qualitatifs.

Les audiences ciblées

Lors des publlicaitons sur votre page, vous pouvez cliquer sur Audience ciblée dans le menu déroulant afin d’avoir accès à différents paramètres : la langue, la zone géographique, la fonction, le diplôme obtenu … Linkedin vous indique votre audience ciblée. Il faut cependant avoir une audience cible de 300 personnes minimum pour avoir accès à cette fonction.

Analyser vos résultats

Analyser ses résultats sur les réseaux sociaux est important. Vous pouvez retrouverer dans l’onglet Statistiques la performance de vos actions : Visiteurs (nombre de vues de la page et données démographiques des visiteurs), Nouvelles (informations concernant la portée, les interactions, les clics, l’engagement des publications et les abonnés acquis), Abonnés (nombre total d’abonnés, les données démographiques, l’évolution du nombre d’abonnés, la comparaison avec des sites concurrents, et la différence entre organique et publicité).

Vous voilà prêts, sautez le pas en créant votre page Linkedin entreprise.

Quel CMS choisir pour son site internet: WORDPRESS ou DRUPAL?

Avant de se lancer dans la refonte d’un site internet, on peut se poser certaines questions: Doit-on choisir une solution open-source comme un CMS ou une solution propriétaire ? Et parmi les CMS Open-source, lequel choisir ?

Résultat de recherche d'images pour "image wordpress vs drupal"

WordPress VS Drupal – Source: Kinsta

Continuer la lecture

Google lance sa propre Marketplace, un futur concurrent pour les grands acteurs du e-commerce ?

Dans quelques mois, Google déploiera sa propre marketplace en France. Un moyen de monopoliser le marché et de faire face aux grands acteurs du e-commerce comme Amazon ou Cdiscount.

En phase de bêta test depuis mi-décembre, la marketplace Google verra le jour en France en milieu d’année 2019. Google Shopping va devenir Google Shopping Actions, une marketplace sous le même principe qu’Amazon.

Interface Google Shopping Actions

Interface Google Shopping Actions – Source : Blog du modérateur

Comment fonctionne la future marketplace Google ?

La marketplace Google côté clients

Cet outil de vente e-commerce permettra aux clients d’effectuer leurs achats à un ou plusieurs e-marchands directement depuis la même interface sur Google Shopping Actions. L’internaute aura à remplir un seul et même panier. Le check-out sera simplifié et le moyen de paiement facilité, après avoir enregistré ses informations de paiement, le client pourra payer en 1 click lors de ses prochaines commandes.

La marketplace Google côté e-marchands

Côté vendeurs, les e-marchands pourront paramétrer Google Shopping Actions en choisissant de désactiver ou non la diffusion de leurs produits sur la marketplace Google. Le processus de vente est géré par Google du début à la fin, la gestion de paiement, Google Payment qui fait partie de l’éco-système Google. La livraison sera effectuée par le marchand afin d’éviter toute action de la part de Google. L’avantage côté e-commerçant, la commission versée à Google se fera uniquement lorsqu’une vente sera effectuée, et non plus au CPC ou au CPM. Une commission qui serait moins élevée qu’Amazon, l’enjeu recherché étant d’attirer les e-marchands vers son nouvel outil de vente Google Shopping Actions. Ainsi, selon les types de produits, Google prendra une commission de 6 à 15%.

Tableau comparatif des taux de commissions aux Etats-Unis entre Google et Amazon

Tableau comparatif des taux de commissions aux Etats-Unis entre Google et Amazon – Source : LSA

Un futur concurrent d’Amazon ?

Numéro 1 des marketplaces

Amazon, est numéro 1 des plus importantes marketplaces. En 2017, 2 milliards de produits sont vendus par des e-marchands. Une majorité des recherches de produits est alors effectuée sur Amazon par les internautes, cumulant un trafic important de leurs requêtes. Google voit l’opportunité d’occuper une plus grande place de marché et bénéficier d’un trafic encore plus important.

Google révolutionnera t-il les marketplaces ?

Le lancement de la marketplace Google pourrait s’agir d’un premier pas vers l’e-commerce, même si Google ne  revendique pas Google Shopping Actions comme une marketplace. Par rapport à Amazon, Google propose en supplément une nouvelle expérience d’achat en fluidifiant l’expérience e-commerce des consommateurs, le tout en facilitant leurs parcours d’achat.

L’infographie, outil de communication efficace

Pourquoi utiliser l’infographie dans votre communication ? Peu utilisée,elle peut pourtant accroître la performance de votre stratégie webmarketing, augmenter votre référencement naturel et pourquoi pas faire le buzz.

 

L’infographie est facile à utiliser pour les sujets complexes

L’infographie ne date pas d’hier mais elle est arrivée plus récemment dans les stratégies webmarketing. Elle mêle l’information et l’image, le plus souvent sous forme de dessin.
Elle est depuis longtemps très utilisée dans les medias, notamment la presse écrite, afin d’expliquer un sujet complexe (comme une situation géopolitique, un fonctionnement nouveau).

infographie la tribune

Un exemple d’infographie par La Tribune sur un sujet complexe : la sécurité des paiements

Aujourd’hui, les entreprises l’utilisent de plus en plus pour expliquer un produit ou un positionnement sur un marché. Un bon dessin vaut mieux qu’un long discours. En une image structurée, on peut aborder toutes les facettes d’un sujet, même complexe. On mélange des textes courts, des dessins, graphiques et chiffres clés. On peut expliquer une évolution en un clin d’oeil alors qu’un texte serait beaucoup long. L’important est de choisir la bonne organisation visuelle.

infographie thales

Infographie Thales 

 20131216121223_Infog_Toulouse

Un exemple d’infographie partagé sur Twitter sur les Municipales 2014 à Toulouse

Elle est utilisée par tous les métiers de la communication : interne, externe, web et relations presse. Souvent informatif et esthétique, c’est un excellent potentiel de partage dans les réseaux sociaux tels que Twitter, Facebook, Pinterest, etc.

 

CadhmG3WIAEA7o4 (1)

Un exemple d’infographie partagé sur Twitter et adapté à la lecture sur un téléphone mobile.

L’infographie comme outil d’image ou de référencement ?

Parce qu’elle est facile à partager et si elle est bien réalisée (sur le fond et la forme), l’infographie va être vue et circuler sur les réseaux sociaux. Une infographie efficace va durer dans le temps et contribuer à l’image de la société si celle-ci est bien identifiée sur l’image. Il est vivement conseillé de la faire réaliser par un professionnel et bien la tester auprès d’une population variée avant de la publier.

infographie_atv_airbusds (1)

Exemple  ATV

Infographie-KF-elearning2013-2

Exemple visuel sur la formation continue, la Newsroom

Pour aller plus loin, quelques infos :

Le top 10 des types d’infographies pour faire le buzz, Web-marketing.com

 

 

Un blog pour optimiser le SEO d’un site ecommerce

blog dans stratégie SEO

L’intérêt d’un blog dans la stratégie de référencement naturel d’un site marchand

La complexité des règles imposées par Google et les autres moteurs de recherche impose, aux responsables webmarketing des sites marchands, de renouveler constamment leur stratégie d’acquisition de nouveaux clients.

Le blog semble être une bonne solution pour attirer du trafic de qualité.

L’idée est de produire du contenu pertinent pour les internautes visitant le blog, et de les renvoyer vers le site marchand grâce à un système de backlinks optimisé et «Google friendly».

Un blog sur son site ou sur un nom de domaine spécifique

Les intérêts du blog intégré au site marchand

Lorsque le blog est inclus dans le site marchand, alors il bénéficie du nom de domaine, et de fait, du trafic du site référent.

C’est à privilégier lorsque vous avez déjà une certaine notoriété et que vous souhaitez apporter du contenu de qualité (conseils, informations, tutoriels) à vos clients ou visiteurs.

Par exemple, la société Batinea a très bien fait cela pour présenter les différents types de VMC qu’elle vend. Ainsi son blog contient un post présentant les différents types de VMC existantes, et permettant à ses clients d’y voir plus clair.

batinea

Un autre point positif au blog inclus dans le site marchand est qu’il permet également de contribuer à la notoriété du site marchand, à sa crédibilité, sa légitimité, ce qui améliore votre positionnement dans les SERP (Pages de résultats de recherche) et votre visibilité internet.

Enfin, d’un point de vue technique, cette solution est simple à gérer.

Les intérêts du blog offsite

Si vous avez bien travaillé le maillage interne de votre site marchand en respectant les règles de base SEO, alors le blog externe s’avère être une très bonne solution, voire la solution optimale pour obtenir des backlinks qualitatifs (liens vers votre site).

C’est la stratégie digitale qui a été mise en œuvre par la société ufindeer qui, pour préparer le lancement de sa marketplace dédiée aux accessoires érotiques, a créé le blog lepetitplayzeer.com pour capter du trafic qualifié et le fidéliser avant d’inclure, avec modération, dans les pages de son blog des liens renvoyant vers des landing pages de sa marketplace.

lepetitplayzeer.com

Un autre objectif du blog « séparé » est de pallier le manque de notoriété du site marchand référent. Le blog va gagner en visibilité, en crédibilité et en légitimité grâce aux liens de partage des médias sociaux. De ce fait, assurez-vous de toujours ajouter les boutons de partage sur vos posts (Facebook, Twitter, Google+, Instagram, Pinterest, linkedin, etc..).

Le premier point négatif  est technique. En effet, il faut gérer deux noms de domaine différents.
Autre point négatif : il faut travailler le référencement de deux noms de domaine au lieu d’un seul.

Un blog dans tous les cas

Un blog reste un outil SEO indispensable pour doper le référencement de votre site ecommerce. Il n’y a pas une solution meilleure que l’autre entre le blog onsite et offsite. Tout dépend de votre stratégie webmarketing globale et de vos objectifs.

Un blog réussi = un blog avec du contenu pertinent pour l’internaute

La règle de base de tout blog efficient est de fournir du contenu de qualité qui va apporter une réponse pertinente à la requête de l’internaute.

Ainsi, le contenu de votre blog doit être cohérent avec celui de votre site marchand référent.

En matière de SEO, il est important d’utiliser des mots clés recherchés dans Google, et leurs synonymes, pour être bien positionné dans les résultats de recherche (SERP). Attention à bien réfléchir à votre balisage sémantique pour éviter tout biais sémantique et ses conséquences (exemple : répéter trop souvent sex and the city dans un post pourrait le positionner dans les résultats de recherche « sex »).

En suivant les règles suivantes sur votre blog, vous devriez gagner en visibilité et en positionnement SEO dans Google

Soyez créatif : Créez du contenu nouveau et original

Evitez le duplicate content : autrement vous serez pénalisé par Google

Optimisez la stratégie de backlinks vers votre blog afin de limiter le taux de back ou le taux de rebond. Les landing pages doivent être en adéquation avec les liens. Faites-le avec Unbounce

Le maillage interne doit être bien pensé : l’expérience de navigation sur votre site n’en sera que meilleure.

Attention à bien respecter les règles de Google dans la gestion du référencement de votre blog

Attention aux trop nombreux backlinks vers votre site provenant d’une seule source qui pourraient être considérés comme du spaming par google.

N’abusez pas de la balise <canonical> dans le code de vos pages en cas de réplication de contenu. En effet, Google pourrait décider demain de ne plus prendre en compte cette balise. Le risque serait d’être fortement pénalisé en termes de référencement SEO et de visibilité internet sur vos mots-clés.

Bien optimisé, le blog peut être un outil SEO particulièrement efficace pour améliorer votre visibilité et celle de votre site marchand.

Stratégie d’engagement du visiteur : la force du Live Chat

Comment accompagner le visiteur dans le parcours de son site internet et mettre en place une stratégie d’engagement et de relation client ? Peut-être que le Live chat est la solution…

Avec la consécration de la relation et de l’accompagnement client sur Internet et particulièrement dans le ecommerce, de nouvelles formes de captation du visiteur ont émergé, dont le “click to chat” ou “live chat”.

La possibilité de pouvoir accompagner son visiteur dans la visite de son site internet est devenue un enjeu stratégique qui permet de convertir de manière plus importante. Cette tendance s’observe d’ailleurs plus particulièrement dans les sites de ecommerce comme la FNAC :

“Chez Fnac.com, 25% du chiffre d’affaires de notre service

client est réalisé grâce au Click to Chat.”

Daniel Courcol, Fnac.com

Le “live chat” consiste tout simplement à venir compléter les informations déjà disponibles sur son site par un module d’engagement dynamique et en temps réel : “le chat”. En effet, par essence, un site internet est “statique” et ne peut répondre à toutes les questions que pourraient se poser le visiteur. Le site ne peut pas non plus effacer la mauvaise compréhension de ce dernier ou une erreur d’interprétation des informations mises à disposition. Pour éviter de perdre ces visiteurs qui au final étaient des cibles pertinentes, la mise à disposition d’un agent disponible en ligne et pouvant répondre en temps réel aux questions et interrogations est un élément de tout premier plan.

On voit d’ailleurs sur cette infographie les raisons d’abandon sur un site internet :

Etude Liveperson

Source : étude Liveperson

Simple à déployer sur le site, facile à administrer par les agents, le “live chat” permet de :

  • Mettre en place une vraie stratégie de relation client : la plupart des solutions de “live chat” peuvent se synchroniser avec les outils de CRM comme Salesforce ou Microsoft Dynamics et des outils cloud de suivi des problématiques clients comme Zendesk.

  • Capter l’attention de futurs prospects : en permettant d’interagir directement avec le visiteur et de personnaliser ses réponses – à la différence encore d’un site internet qui est dans un discours plus global -, le “live chat” créé une relation de proximité et aide à la conversion de ce visiteur en prospect et en potentiel client qui dans 2 cas sur 3 aurait sans doute abandonné la visite du site sans passer par la case contact et demande de renseignement.

  • Convertir l’acte d’achat des indécis sur les sites types ecommerce : l’abandon au moment de confirmer un panier d’achat est souvent important. Pour y remédier, le “live chat” permet d’accompagner le visiteur dans son acte d’achat et le conforter sur ses futurs achats

Selon Wizishop, sur l’exemple du ecommerce :

“En effet, 88% des cyberconsommateurs déclarent que bénéficier d’un chat en ligne améliore le ressenti. Dans un premier temps, cela permet de convertir des prospects en acheteurs car 60% sont plus enclins à commander s’ils reçoivent de l’aide par un contact humain. Mais surtout, 84% pensent qu’une expérience de ressenti positif peut les transformer en clients à vie. En d’autres termes, votre boutique e-commerce peut être la plus sophistiquée possible, le fait d’humaniser celle-ci est stratégique pour la fidélisation client”

Source : http://www.wizishop.com/blog/chiffre-ecommerce/88-des-cyberconsommateurs-declarent-que-beneficier-du-live-chat-ameliore-le-ressenti-en-ligne-le-chiffre-du-jour.html

Pour bien déployer un module de “live chat” il faut :

  • décider très en amont du type et du niveau d’informations diffusables sur le chat.

  • définir la stratégie d’engagement souhaitée : générer un contact identifié pour que l’équipe commercial rappelle le prospect, convertir vers la page contact les visiteurs, transformer l’acte d’achat pendant la conversion du panier ou bien tout au long du parcours du site ecommerce, etc…

  • définir les agents qui seront en charge de cette “relation client”

  • lier la solution de “live chat” avec l’ensemble de l’écosystème CRM – et si il n’existe pas en constituer un-.

Des sociétés comme Priceminister font d’ailleurs aujourd’hui le paris de permettre à leurs meilleurs clients de devenir des acteurs de ce “live chat” et de devenir des prescripteurs de la plateforme en ligne. Cette solution communautaire est proposée par Howtank (http://www.howtank.com/). C’est donc dire si ce sytème numérique de conversation et de relation client a de beaux jours devant lui !

A lire également sur ce blog : « Comment prospecter sur les réseaux sociaux professionnels« .