Archives pour la catégorie Web so World Wide

Nouvelles technologies, nouveaux usages numériques

Soldsie : acheter directement via les commentaires Facebook

Il y aujourd’hui nombre d’applications qui vous proposent de vendre sur Facebook.
Soldsie, une solution apparue il y a quelques mois se singularise par le fait que votre fan Facebook commande le produit que vous lui proposez en utilisant les commentaires.

Soldsie, achat sur Facebook grâce aux commentaires

Soldsie, acheter des articles sur Facebook en commentant

Soldsie et Facebook, un mariage simple et rémunérateur

Créée en 2012 par Arrel Gray et Chris Benett à San Francisco, la société Soldsie propose d’intégrer à votre page Facebook un module qui permet de transformer une photo téléchargée en fiche produit avec les traditionnels attributs stock, transport et promotion.

Simple dans sa mise en place et dans son utilisation, cette application a aussi l’originalité de proposer au visiteur de commander directement par l’intermédiaire du commentaire Facebook qu’il vous laisse. Il lui suffit pour cela d’utiliser le mot-clé « Sold! » (Vendu), le système génère alors un mail de confirmation de commande et de demande de paiement (via Paypal ou carte bancaire).

Avantages d’un système d’achats par commentaire

A mon sens destiné plutôt à des boutiques, petites structures ou auto-entrepreneurs en complément (ou à la place) de leur site de vente, ce système peut également être utilisé par des entreprises pour des ventes événementielles (billetterie, série limitée…).

Le double effet super cool (on l’embrasse) est que votre visiteur se transforme en client et propage l’information du produit acheté et de votre page Facebook à tous ses amis ! La « viralité » potentielle de ce système me semble très intéressante et je serais curieux de le tester. Reste à savoir si ce traitement atypique des commandes n’est pas trop lourd à gérer si le succès est au rendez-vous !

Un modèle économique attractif et prometteur

Leur modèle économique est le Freemium, le service est gratuit jusqu’à 700 $ de transaction puis une commission de 3% de la facture hors-taxes est prélevée.

Coté chiffres, Soldsie annonce avoir atteint le million de dollars de transactions depuis le lancement il y a bientôt un an. Ils ont également réussi récemment une levée de fonds de 1 000 000 $ en quelques semaines, ce qui démontre l’intérêt des investisseurs pour ce nouveau modèle.

Pour découvrir le concept : soldsie.com

Dernière remarque sous la forme d’une question : Soldsie ne contrevient-il pas aux règles de Facebook en utilisant les commentaires pour générer de la vente ? Une question appelant une ou des réponse(s), laissez moi vos commentaires !

La folie des beauty boxs (attention femme superficielle inside)

Je m’en viens vous parler du phénomène des « beauty boxs » et vous faire partager mon expérience en la matière. Attention, nous n’allons pas parler de freebox ou encore de livebox mais de « beauty boxs », et autres boites vendues par abonnement.

Le concept des « beauty boxs » a explosé en 2011 et 2012. Pour un abonnement mensuel compris entre 15 et 20€, les abonnés reçoivent entre 4 et 6 produits cosmétiques le plus souvent de taille voyage (100 ml max) et parfois de taille réelle (« full size »). La composition de la box n’est pas révélée avant l’envoi afin que la découverte soit totale. Enfin ça, c’est la théorie, n’oublions pas que les blogs beauté sont désormais aussi nombreux que les numéros présents dans le bottin donc il est très facile de connaître le contenu de la boîte avant de l’avoir reçue.

 

J’ai succombé à cette (douce) folie des « beauty boxs » en janvier 2012. N’arrivant pas à me décider sur laquelle choisir (tiens, tiens, ne serais-je pas une femme ?), j’ai fait le choix de ne pas choisir (oui, je suis vraiment une femme) ! Je me suis donc abonnée aux trois boxs leaders du marché à cette période, autrement dit « GlossyBox« , « JolieBox » et « MyLittleBox« . Je recevais donc 3 boîtes par mois.

GlossyBox  JolieBox My Little Box

Ce qui m’a séduite :

  • Recevoir des produits de grandes marques mais également découvrir de nouvelles marques.
  • Tester des produits en avant-première ou juste à leur sortie.
  • Essayer des produits que je n’aurais pas achetés spontanément dans le commerce. Les boxs permettent d’éviter d’acheter des produits de grande taille dont on ne sait pas forcément s’ils vont nous convenir.
  • Le côté « c’est Noël tous les mois dans ma boîte aux lettres » !

Ce qui m’a lassé :

  • Les différences importantes entre les boîtes reçues par les abonnés.
  • Les produits qui ne me convenaient pas.
  • Les problèmes de livraison et les SAV plus ou moins compétents.
  • Les produits qui s’accumulent dans ma salle de bain. Et oui, je n’ai qu’un seul visage et qu’un seul corps (jusqu’à preuve du contraire), donc impossible de terminer les produits reçus en un mois.

Aujourd’hui, je n’ai conservé qu’une seule box (si, si, je vous assure, je le vis plutôt bien) « Ma Boite à Beauté » qui propose désormais une box tous les 2 mois au prix de 32€ : moins de livraisons mais plus de produits. La force de cette boîte : la présence fréquente de produits en format « full size » mais également de produits bio ou de marques peu connues. Une vraie découverte.

Ma Boîte à Beauté

Bon je suis également abonnée à la Gastronomiz et pourquoi pas à la Woufbox et pourquoi pas à la ….

Et vous ? Avez-vous succombé à cette folie ? Depuis quand ? Quel est votre avis sur les « beauty boxs » ? Cette folie a-t-elle laissé place à une certaine lassitude ? On veut tout savoir !

Les mots clés les plus chers sur Google Adwords

Tout utilisateur de Google Adwords vous le dira : les mots clés sont toujours trop chers. Voici une information récréative pour nous consoler : le top 20 anglais des mots clés les plus chers en SEA (Search Engine Advertising).

20 mots les plus chers dans Google Adwords

Infographie sur les 20 mots clés les plus chers sur Google Adwords en 2012

Google Adwords, mots clés et SEA

Petit rappel rapide : ce dont je parle ici est lié au domaine du SEA, la publicité en ligne pour simplifier, et plus précisément celle proposée par Google sur son service Adwords.

Une page de résultats Google

Exemple de page de résultats Google

Google Adwords permet d’acheter des séquences de mots-clés qui, lorsqu’ils sont saisis par un internaute dans le moteur de recherche, déclenchent l’affichage d’annonces publicitaires (surlignées en jaune dans l’exemple ci-dessus) en tête et à gauche des résultats de recherche naturels. Si l’internaute clique sur l’un de ces liens, l’annonceur est débité du montant prévu.

La valeur d’achat de ces mots-clés dépend grossièrement de 2 facteurs :

  • la concurrence des autres annonceurs qui désirent être présents sur les mêmes occurrences
  • la qualité de vos annonces, qualité déterminée par le contenu, celui de la page ciblée et l’adéquation de l’ensemble avec les mot-clés choisis

Si de nombreux mots-clés ont une valeur comprises entre quelques dizaines de centimes et quelques Euros, certains domaines atteignent, comme nous allons le voir, des sommets. Et lorsque l’on sait que le coût est celui du clic, pas de la conversion, les coûts d’acquisition client peuvent parfois s’envoler.

Les 20 mots clés les plus chers sur Google Adwords

Le site WordStream a publié il y a quelques temps une infographie listant les vingt mots clés anglais les plus concurrencés et donc les plus chers chez Google Adwords. Voici la liste des 10 premiers  :

  1. Insurance (Assurance) 54,91 $
  2. Gaz, Electricity 54,62 $
  3. Attorney (Avocat) 47,07 $
  4. Mortgage (Prêt immobiliers ou hypothécaires) 47,12 $
  5. Claim (plainte, réclamation) 45,51 $
  6. Loans (Prêts) 44,28 $
  7. Lawyer (Juriste, Avocat) 42,51 $
  8. Conference call (Conférence téléphonique) 42,05$
  9. Recovery (recouvrement) 42,03 €
  10. Donate (Faire un don, contribution) 42,02$

Et les mots clés francophones les plus chers ? 

Je n’ai pas de liste avec classement fiable à vous fournir, mais je peux vous donner quelques tendances connues. Globalement les mots clés les plus chers sur Google Adwords France tournent autour de l’assurance, de la mutuelle et du crédit. Les prix les plus chers s’échelonnent entre 8 et 13€.
Mais il existe une catégorie de mots pour laquelle le CPC (coût par clic) est à la fois variable et complètement fou : les métiers liés aux « services d’urgence » tels que les serruriers ou les plombiers. Les prix peuvent aller jusqu’à 50 à 55 € pour « serrurier paris » ou pour « plombier paris« . Même en imaginant un taux de conversion fantastique de 25% à 50%, certains coûts d’acquisition client peuvent donc dépasser les 200 € ! Peut-être un début d’explication pour nos « amis de la capitale » du coût exorbitant de ces interventions.

Et nos mots-clés régionaux me demanderez vous… Et bien, pour les mêmes professions, les coûts maximum constatés sont d’environ 13 € pour Toulouse , de 1,40 € pour Albi et même de 0,70 € pour Tarbes. Devons-nous en déduire que nous perdons moins nos clés ou que nos fuites sont plus petites ? Ou encore que nos artisans sont plus raisonnables ? Il y a certainement un peu de tout cela…

Tout ce qu’il faut savoir sur les QR Codes

Ils ont poussé comme des champignons dans les magazines, sur les affiches, flyers et autres supports de communication appelant tous les possesseurs de smartphones à les scanner avec leur appareil. Ces petits carrés souvent noirs et blancs contenant des pixels que sont les « Quick Response » Codes, plus communément appelés QR Codes, sont apparus au Japon dans les années 90. Ce sont finalement des codes barres 2.0 en 2 dimensions qui contiennent davantage d’informations que leurs cousins en barres présents sur tous nos produits de grande consommation.

Les informations contenues vont, une fois le code scanné par votre smartphone, vous renvoyer sur une page web ou déclencher une action particulière. Les actions qui peuvent être déclenchées par ce biais sont multiples :

  • afficher un texte simple,
  • passer un appel téléphonique,
  • envoyer un SMS ou un e-mail,
  • enregistrer directement une carte de visite dans le carnet d’adresses de votre téléphone,
  • inscrire un évènement dans votre calendrier,
  • enregistrer les identifiants d’un réseau Wifi dans votre téléphone,
  • autoriser un paiement en direct,
  • télécharger une application,
  • … presque tous types d’action sont possibles.

Certains verront le QR Code comme un gadget et diront : « Quel est son intérêt sachant que toutes ces actions sont réalisables directement sur smartphone ou ordinateur sans passer par le scan d’un code ? ». Tout simplement parce qu’il apporte un côté interactif, ludique et instantané que le public recherche de plus en plus à l’heure du So Lo Mo.

Et pour une entreprise quel est l’intérêt ?

  • Tout d’abord cette technologie est presque gratuite et vous permettra de communiquer de manière ludique et à moindres frais en direction de votre clientèle équipée de smartphones.
  • D’un point de vue ROI et analyse du comportement du consommateur ou client, cet outil pourra permettre via Google Analytics et un tracking approprié de voir combien d’affiches ont été scannées, l’impact de votre campagne QR Code sur vos ventes en ligne, etc.
  • Enfin, sa taille petite mais aussi modulable permet de l’insérer sur bon nombre de supports et packagings.

Attention cependant à ses limites :

  • Seuls les utilisateurs de smartphones ou autres tablettes équipées d’une caméra et d’une application adéquate pour lire les QR Codes (des applications de lecture de QR Code sont disponibles gratuitement pour tous les systèmes d’exploitation) pourront effectuer l’action qui y est encodée. Le public visé sera donc restreint même si le taux d’équipement en smartphones ne cesse d’augmenter.
  • Mis à part quelques exceptions telles que l’affichage d’un texte simple ou d’un code promo, le QR Code nécessite assez souvent une connexion à Internet et s’avère donc inutilisable dans les lieux reculés ou bien tout simplement dans le métro.
  • Il faut faire attention à la lisibilité du code par les téléphones.

Si après la lecture de tout cela vous êtes tentés par l’expérience, voici quelques conseils pour une campagne QR Code :

  • Personnalisez-votre QR Code avec des couleurs, une insertion du logo de votre entreprise, des formes originales…
  • Contrastez les couleurs : la couleur du fond et du code lui-même doivent être fortement contrastées sinon le risque est de ne pas parvenir à le décoder avec le smartphone.
  • Adaptez la taille du code à l’environnement de lecture. Il est conseillé de ne pas concevoir de QR Code de dimension inférieure à 3 cm x 3cm afin de permettre à tous types d’appareils de le lire. La taille du QR Code va augmenter proportionnellement à la distance à laquelle l’utilisateur va scanner le code. Taille idéale = distance de scan / 10.
  • Sélectionnez des supports avec une surface plane non réfléchissante et des environnements facilitant la visibilité et la lecture (éviter les endroits sombres) et permettant une connexion aux réseaux téléphoniques mobiles.
  • Expliquez le fonctionnement de votre QR Code par un court message.
  • Offrez de la valeur ajoutée à l’utilisateur : proposez-lui un contenu/service intéressant qui l’incitera à scanner votre code. Si vous le renvoyez sur une page web, veillez à optimiser votre landing page et votre site pour une navigation sur mobile.
  • Testez et re-testez votre QR Code avant toute campagne.

Pour finir, rien de plus simple pour tester la conception d’un QR Code ! Rendez-vous sur le site d’Unitag, une start-up toulousaine, sur lequel j’ai pu moi-même créer un QR Code à l’aide de la page ci-dessous.

Unitag

Et voici ce que l’on obtient :unitag_qrcode_1364642666240

Il ne reste plus qu’à le scanner ! Et là, c’est à vous de jouer !

MjMy

Facebook : un espace particulièrement propice à la mise en place de jeux concours

Le jeu concours est une technique marketing qui permet de promouvoir un produit ou un service, de développer l’image de la marque et sa notoriété, d’animer la relation client et surtout de collecter des données qualifiées de potentiels clients. A l’heure où tout le monde (ou presque) est sur les réseaux sociaux, on peut aisément imaginer que ces espaces interactifs et ludiques sont un terrain particulièrement favorable à la promotion et la mise en place de jeux concours.

Nombre de marques s’affichant déjà sur les réseaux sociaux mettent en place des concours régulièrement sur Facebook ou Twitter.

Voici un exemple de jeu concours organisé par la marque Carrefour Voyage sur Facebook :

Concours Carrefour Voyages

Les avantages d’utiliser Facebook comme support pour son jeu concours sont nombreux, vous pourrez à cette occasion :

recruter  des « fans » de votre page étant donné que la participation au jeu peut être conditionnée à l’abonnement à la page (clic sur « j’aime »).

– créer du contenu sur votre page et susciter des interactions avec vos fans en lien avec ce concours (commentaires, partages), animer sa communauté de fans et favoriser la viralité.

– générer du trafic sur votre site web

– susciter l’intérêt et amener l’internaute à découvrir votre activité et à se renseigner

– Fidéliser ses clients/fans

Un jeu concours présente en effet un certain nombre d’atouts, mais attention, celui-ci doit bien entendu s’intégrer dans une stratégie plus large de communication et d’animation de votre communauté.

D’un point de vue juridique, toute organisation d’un jeu concours doit s’inscrire dans la cadre légal du pays dans lequel il est organisé. En France, le règlement du jeu concours doit obligatoirement être déposé auprès d’un huissier. Vous avez également pour obligation de faire figurer un extrait de ce règlement sur l’ensemble des supports de communication faisant la promotion du jeu.

Contrairement à une idée reçue,  il n’est pas indispensable que le tirage au sort soit réalisé sous contrôle d’huissier car ce n’est pas une obligation légale. Depuis mai 2011, il est aussi possible de conditionner à un acte d’achat la participation à un jeu concours basé sur le hasard.

Enfin,  pour mettre en place un jeu sur une page Facebook, veillez à prendre connaissance et suivre scrupuleusement les nombreuses règles fixées par Facebook au risque de voir votre page purement et simplement supprimée ainsi que toute la communauté de fans qui pouvait y être associée.

La participation à un jeu concours sur Facebook est par exemple restreinte au fait d’aimer une page, indiquer se trouver dans un lieu ou se connecter à une application et ne peut se baser sur d’autres fonctionnalités de Facebook. Facebook interdit également l’annonce du nom des gagnants sur les profils ou pages de son réseau social, etc… Ces règles imposées par Facebook sont susceptibles d’être modifiées n’importe quand. Aussi, il s’avère indispensable de consulter les CGU de Facebook avant la mise en place de tout concours sur ce support.

MjMy