Archives du mot-clé e-marketing

Soldsie : acheter directement via les commentaires Facebook

Il y aujourd’hui nombre d’applications qui vous proposent de vendre sur Facebook.
Soldsie, une solution apparue il y a quelques mois se singularise par le fait que votre fan Facebook commande le produit que vous lui proposez en utilisant les commentaires.

Soldsie, achat sur Facebook grâce aux commentaires

Soldsie, acheter des articles sur Facebook en commentant

Soldsie et Facebook, un mariage simple et rémunérateur

Créée en 2012 par Arrel Gray et Chris Benett à San Francisco, la société Soldsie propose d’intégrer à votre page Facebook un module qui permet de transformer une photo téléchargée en fiche produit avec les traditionnels attributs stock, transport et promotion.

Simple dans sa mise en place et dans son utilisation, cette application a aussi l’originalité de proposer au visiteur de commander directement par l’intermédiaire du commentaire Facebook qu’il vous laisse. Il lui suffit pour cela d’utiliser le mot-clé « Sold! » (Vendu), le système génère alors un mail de confirmation de commande et de demande de paiement (via Paypal ou carte bancaire).

Avantages d’un système d’achats par commentaire

A mon sens destiné plutôt à des boutiques, petites structures ou auto-entrepreneurs en complément (ou à la place) de leur site de vente, ce système peut également être utilisé par des entreprises pour des ventes événementielles (billetterie, série limitée…).

Le double effet super cool (on l’embrasse) est que votre visiteur se transforme en client et propage l’information du produit acheté et de votre page Facebook à tous ses amis ! La « viralité » potentielle de ce système me semble très intéressante et je serais curieux de le tester. Reste à savoir si ce traitement atypique des commandes n’est pas trop lourd à gérer si le succès est au rendez-vous !

Un modèle économique attractif et prometteur

Leur modèle économique est le Freemium, le service est gratuit jusqu’à 700 $ de transaction puis une commission de 3% de la facture hors-taxes est prélevée.

Coté chiffres, Soldsie annonce avoir atteint le million de dollars de transactions depuis le lancement il y a bientôt un an. Ils ont également réussi récemment une levée de fonds de 1 000 000 $ en quelques semaines, ce qui démontre l’intérêt des investisseurs pour ce nouveau modèle.

Pour découvrir le concept : soldsie.com

Dernière remarque sous la forme d’une question : Soldsie ne contrevient-il pas aux règles de Facebook en utilisant les commentaires pour générer de la vente ? Une question appelant une ou des réponse(s), laissez moi vos commentaires !

Les mots clés les plus chers sur Google Adwords

Tout utilisateur de Google Adwords vous le dira : les mots clés sont toujours trop chers. Voici une information récréative pour nous consoler : le top 20 anglais des mots clés les plus chers en SEA (Search Engine Advertising).

20 mots les plus chers dans Google Adwords

Infographie sur les 20 mots clés les plus chers sur Google Adwords en 2012

Google Adwords, mots clés et SEA

Petit rappel rapide : ce dont je parle ici est lié au domaine du SEA, la publicité en ligne pour simplifier, et plus précisément celle proposée par Google sur son service Adwords.

Une page de résultats Google

Exemple de page de résultats Google

Google Adwords permet d’acheter des séquences de mots-clés qui, lorsqu’ils sont saisis par un internaute dans le moteur de recherche, déclenchent l’affichage d’annonces publicitaires (surlignées en jaune dans l’exemple ci-dessus) en tête et à gauche des résultats de recherche naturels. Si l’internaute clique sur l’un de ces liens, l’annonceur est débité du montant prévu.

La valeur d’achat de ces mots-clés dépend grossièrement de 2 facteurs :

  • la concurrence des autres annonceurs qui désirent être présents sur les mêmes occurrences
  • la qualité de vos annonces, qualité déterminée par le contenu, celui de la page ciblée et l’adéquation de l’ensemble avec les mot-clés choisis

Si de nombreux mots-clés ont une valeur comprises entre quelques dizaines de centimes et quelques Euros, certains domaines atteignent, comme nous allons le voir, des sommets. Et lorsque l’on sait que le coût est celui du clic, pas de la conversion, les coûts d’acquisition client peuvent parfois s’envoler.

Les 20 mots clés les plus chers sur Google Adwords

Le site WordStream a publié il y a quelques temps une infographie listant les vingt mots clés anglais les plus concurrencés et donc les plus chers chez Google Adwords. Voici la liste des 10 premiers  :

  1. Insurance (Assurance) 54,91 $
  2. Gaz, Electricity 54,62 $
  3. Attorney (Avocat) 47,07 $
  4. Mortgage (Prêt immobiliers ou hypothécaires) 47,12 $
  5. Claim (plainte, réclamation) 45,51 $
  6. Loans (Prêts) 44,28 $
  7. Lawyer (Juriste, Avocat) 42,51 $
  8. Conference call (Conférence téléphonique) 42,05$
  9. Recovery (recouvrement) 42,03 €
  10. Donate (Faire un don, contribution) 42,02$

Et les mots clés francophones les plus chers ? 

Je n’ai pas de liste avec classement fiable à vous fournir, mais je peux vous donner quelques tendances connues. Globalement les mots clés les plus chers sur Google Adwords France tournent autour de l’assurance, de la mutuelle et du crédit. Les prix les plus chers s’échelonnent entre 8 et 13€.
Mais il existe une catégorie de mots pour laquelle le CPC (coût par clic) est à la fois variable et complètement fou : les métiers liés aux « services d’urgence » tels que les serruriers ou les plombiers. Les prix peuvent aller jusqu’à 50 à 55 € pour « serrurier paris » ou pour « plombier paris« . Même en imaginant un taux de conversion fantastique de 25% à 50%, certains coûts d’acquisition client peuvent donc dépasser les 200 € ! Peut-être un début d’explication pour nos « amis de la capitale » du coût exorbitant de ces interventions.

Et nos mots-clés régionaux me demanderez vous… Et bien, pour les mêmes professions, les coûts maximum constatés sont d’environ 13 € pour Toulouse , de 1,40 € pour Albi et même de 0,70 € pour Tarbes. Devons-nous en déduire que nous perdons moins nos clés ou que nos fuites sont plus petites ? Ou encore que nos artisans sont plus raisonnables ? Il y a certainement un peu de tout cela…

Harlem Shake tu danseras, notoriété grandissante tu auras ?

Vous n’avez pas pu passer à côté du phénomène de ces dernières semaines, sauf si vous étiez sur une autre planète (et encore) : le Harlem Shake. Mais si, vous savez, ces courtes vidéos (30 secondes) où une personne déguisée effectue une danse bizarre et est ensuite rejointe par d’autres personnes également déguisées qui se remuent frénétiquement sur une musique qui est toujours la même.

Vous voyez maintenant ? En fait, tout a commencé ici.

Le commencement

Et ensuite ? Tout le monde s’y met : les militaires, les chaines de TV, les YouTubeurs, les agences de pub, les Simpsons. 10 000 répliques, 50 000 séquences et plus de 250 millions de vues sur YouTube et le tout en moins de 10 jours.

Bien évidemment, les marques se sont emparées de cette frénésie, certaines avec plus de réussite que d’autres. And the winner is …

Le Harlem Shake fruité d’Oasis

Le Harlem Shake secoué de Pepsi

Le Harlem Shake aérien de Red Bull

Bon, un Harlem Shake pourquoi pas, mais pour quoi faire me direz vous ? Tout simplement pour se faire remarquer, être jeune, être in, être cool, à la mode quoi. Concrètement l’effet sur les ventes est impossible à évaluer mais sans aucun doute ces marques qui auront su surfer (danser ?) sur la vague du Harlem Shake auront vu leur notoriété augmenter.

Pourtant, le Harlem Shake est loin de faire l’unanimité et d’autres marques en prennent le contre-pied. C’est le cas de Volkswagen Dubaï qui fait la promotion de sa Passat tout équipée :

L’anti Harlem Shake de Volkswagen Dubaï

Mais attention, tout comme ses confrères Lipbud ou Gangnam style, le Harlem Shake a une durée de vie limitée, et dans quelques mois, nous n’en n’entendrons plus parler. Alors Harlem Shakez maintenant ou n’Harlem Shakez pas !

Nilix