Archives du mot-clé google

Comment prospecter sur les réseaux sociaux professionnels ?

 

 

prospecter réseau social professionnel

 

Les réseaux sociaux sont devenus des supports efficaces pour identifier des opportunités d’affaires, obtenir des informations détaillées sur les prospects et faire le premier pas commercial.

Comment ? En créant une communauté autour de vos produits, services ou expertise.

Cette méthode de prospection a 3 principaux avantages :

            – Atteindre des volumes plus importants ; les internautes consacrent aujourd’hui 22% du temps passé sur internet aux réseaux sociaux. Avoir un profil est le moyen de gagner en visibilité

            – Obtenir des informations sur votre cible, en ayant accès à une quantité de données permettant d’affiner votre segmentation et de créer un fichier de prospects qualifié. A l’inverse de la prospection téléphonique et des campagnes emailing, vous avez la possibilité de vous affranchir des intermédiaires et de contacter directement les décideurs via leur profil.

            – Limiter les frais de communication et de prospection ; tous les réseaux proposent une inscription et des fonctionnalités gratuites, vous permettant d’interagir avec votre communauté.

Cependant, créer une page fan Facebook ou un compte Twitter peut s’avérer inutile voire contreproductif si aucune démarche structurée et cohérente n’est définie en amont.

 Voici les 4 points stratégiques pour une prospection sociale efficace :

 

1/ Choisissez votre réseau social professionnel

Inutile de multiplier les pages et les comptes sociaux, l’important est de déterminer sur quel(s)réseau(x)) se trouve votre cible.

Les contacts issus d’un réseau social sont potentiellement des prospects. Un internaute qui devient fan ou ami d’une entreprise sur Facebook, s’abonne à son Twitter ou sa page Pinterest ou l’ajoute à ses contacts sur Viadeo ou LinkedIn montre un certain intérêt pour l’entreprise.

Ex : une entreprise ayant une activité B to B aura plus de mal à communiquer via les réseaux sociaux grand public qui sont pour la majorité utilisés à titre personnel.

D’un autre côté, les nouvelles générations (15 à 25 ans) utilisent davantage les réseaux sociaux que leurs aînés. Chaque cible a ses particularités.

 

2/ Définissez une stratégie avec des objectifs clairs

Une fois la cible et le réseau social déterminés, le plus important est de mettre en place une stratégie en se fixant des objectifs précis et mesurables.

Ex : augmenter la notoriété de l’entreprise, fidéliser les clients, trouver des prospects, faire du crowdsourcing (consultation des internautes sur le développement d’un produit). Vous devez obligatoirement accompagner ces objectifs d’indicateurs mesurables : augmentation du trafic vers le site, augmentation du nombre de contacts…

 

3/ Créez un profil professionnel attractif et le mettre à jour régulièrement

Il s’agit de votre carte de visite digitale, soigniez votre présentation et participez régulièrement à des groupes de discussions et des forums en offrant des conseils et expertises à votre communauté.

L’objectif est de capter l’attention des internautes grâce à des interventions pertinentes.

Il est important d’être régulier dans la publication de contenu et réactif vis-à-vis des interactions avec les abonnés.

Ex : Il peut être intéressant de mettre en place des types de publications régulières, tous les lundis, une actualité tous les mois une vidéos de démonstration, un témoignage, tous les, un sondage, une étude de cas…

 

4/ Construisez et entretenez votre réseau social professionnel

Le plus difficile consiste à créer son réseau. Plusieurs moyens permettent d’augmenter le nombre d’adhésions :

– Demandez à votre entourage et salariés de l’entreprise de s’inscrire

– Proposez aux clients une rétribution à l’issue de l’inscription (bon de réduction, livraison offerte, produit gratuit, etc.)

– Organisez un concours : faire gagner un ou plusieurs lots aux membres de la communauté en leur demandant d’inviter leurs propres contacts

– Développez un jeu adapté au réseau social

 Identifiez les influenceurs qui partagent, commentent, diffusent, les contenus sur d’autres supports. Ils deviendront les meilleurs ambassadeurs de l’entreprise. A vous de les détecter et les impliquer sur votre page.

 

En résumé, la prospection sur les réseaux sociaux nécessite l’élaboration d’une stratégie de prospection qui va permettre de déterminer sur quels supports communiquer, et les objectifs de résultats mesurables. La deuième clé du succès réside dans la régularité et la pertinence des interventions. Inutiles de saturer les réseaux par des images, textes, vidéos de tout genre. Votre contenu doit apporter de l’information, des réponses, des conseils à votre communauté.

 

Les mises en gardes :

            – La prospection sur les réseaux sociaux doit être un élément complémentaire à la stratégie de prospection. Elle permet de booster le fichier client et la stratégie de fidélisation.

            – Ce type de prospection n’est pas adaptée à toutes les entreprises. Certaines cibles ne sont pas encore familiarisées avec ces supports.  A vous de déterminer en amont la propension de vos clients cibles présents sur les réseaux.

 

A vous de jouer, et n’oubliez pas :

«Les médias sociaux est un domaine d’activité dans lequel vous n’avez pas besoin de dépenser plus que vos concurrents afin de les battre» – Hal Stokes

 

Pour en savoir plus : 

http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/reseaux-sociaux/

http://www.huffingtonpost.fr/news/reseaux-sociaux/

Comment tracker une campagne emailing avec Google analytics ?

Comment tracker une campagne emailing
avec Google analytics ?

Tracker une campagne emailing avec Google analytics permet de mesurer sa performance. Suivez pas à pas la mise en place rapide de cette méthode de tracking, c’est simple et efficace !

Créer un lien vers la page de destination

La page de destination de la campagne emailing doit être une page sur laquelle le suivi Google analytics est installé. Ce tracking peut également être mis en place pour les campagnes renvoyant vers une page web et ayant comme support un QR Code, une bannière…

Avant toute chose, il est nécessaire de lister la/les url(s) de la campagne emailing que vous souhaitez tracker. Exemple : emailing de lancement d’un ouvrage renvoyant vers la fiche produit du site e-commerce

Zoning d'un email pour tracker une campagne emailing avec Google analytics

Pour cette campagne emailing, nous  allons tracker le visuel de l’ouvrage et le bouton call to action « Je commande ». Dans ce cas, la page de destination est la fiche produit de l’ouvrage de votre site. Pour le tracking du lien d’inscription à la newsletter, la page de destination sera la homepage du site.

Remplir le formulaire de « création url » dans Google analytics

Vous avez déjà fait la moitié du travail ! Il ne vous reste plus qu’à remplir le formulaire Google analytics et créer une url finale pour chaque élément de la campagne emailing que vous souhaitez tracker.

Les informations du formulaire Google analytics à compléter :

Il existe en tout 5 paramètres pour une campagne personnalisée, mais dans le cas d’une campagne d’emailing, seuls les 4 paramètres ci-dessous sont utiles :

  • Url du site web : le lien de la page de destination, précédemment récupéré. Elle permet d’identifier l’annonceur, le site, la publication ou autre source générant du trafic vers votre site. Exemple le lien de la fiche produit de l’ouvrage du site : http://nomdedomaine.fr/ouvrage/titreouvrage.html
  • Source de la campagne : emailing
  • Support de la campagne : email
  • Terme de la campagne : paramètre facultatif à utiliser pour dissocier plusieurs emplacements dans un même emailing. Exemple : bouton-commande 
  •  Nom de la campagne : paramètre d’identification du nom de la campagne relative au produit, son slogan, ou encore son code promotionnel. Exemple code offre de la campagne : CUL

Astuce : pour identifier le trafic généré sur le site transactionnel via les campagnes emailings, pensez à bien utiliser le même nommage (reprendre exactement les mêmes libellés, sans majuscules, sans accent…) pour chacun de ces éléments, afin de pouvoir faire des statistiques « croisées ». 

A vous de jouer ! Cliquez sur le lien vers l’outil de création url mis en disposition par Google analytics : https://support.google.com/analytics/answer/1033867?&rd=2

Obtenir l’url finale de tracking

Après validation du formulaire, une url finale ou url contenant les paramètres de tracking  est accessible. Vous pouvez paramétrer votre emailing.

Exemple de l’url du visuel de l’emailing : http://nomdedomaine.fr/ouvrage/titreouvrage.html?utm_source=emailing&utm_medium=mail&utm_term=visuel&utm_campaign=CUL

Attention, pour le cas des urls contenant une ancre, il est indispensable de placer l’ancre en fin d’url, après le tracking, pour que l’url redirige vers la zone choisie. Exemple : Pour l’url  « nomdedomaine.fr#newsletter », l’ancre est « #newsletter ». Si on ajoute des paramètres de tracking, l’url devient « nomdedomaine.fr?utm_source=emailing&utm_medium=email&utm_term=newsletter&utm_campaign=CUL#newsletter »

En utilisant ces nouvelles urls générées, vous pourrez ainsi tracker une campagne emailing avec Google analytics et accéder à différentes  statistiques « post-clic » indispensables pour calculer le ROI et comprendre le comportement des visiteurs venant de vos campagnes emailing.

Et vous, quel outil utilisez-vous pour tracker vos campagnes emailing ?

À lire aussi :

Une campagne emailing commence par un ciblage pertinent

Comment créer une landing page avec Unbounce ?

Réussir vos campagnes MailChimp

Les mots clés les plus chers sur Google Adwords

Tout utilisateur de Google Adwords vous le dira : les mots clés sont toujours trop chers. Voici une information récréative pour nous consoler : le top 20 anglais des mots clés les plus chers en SEA (Search Engine Advertising).

20 mots les plus chers dans Google Adwords

Infographie sur les 20 mots clés les plus chers sur Google Adwords en 2012

Google Adwords, mots clés et SEA

Petit rappel rapide : ce dont je parle ici est lié au domaine du SEA, la publicité en ligne pour simplifier, et plus précisément celle proposée par Google sur son service Adwords.

Une page de résultats Google

Exemple de page de résultats Google

Google Adwords permet d’acheter des séquences de mots-clés qui, lorsqu’ils sont saisis par un internaute dans le moteur de recherche, déclenchent l’affichage d’annonces publicitaires (surlignées en jaune dans l’exemple ci-dessus) en tête et à gauche des résultats de recherche naturels. Si l’internaute clique sur l’un de ces liens, l’annonceur est débité du montant prévu.

La valeur d’achat de ces mots-clés dépend grossièrement de 2 facteurs :

  • la concurrence des autres annonceurs qui désirent être présents sur les mêmes occurrences
  • la qualité de vos annonces, qualité déterminée par le contenu, celui de la page ciblée et l’adéquation de l’ensemble avec les mot-clés choisis

Si de nombreux mots-clés ont une valeur comprises entre quelques dizaines de centimes et quelques Euros, certains domaines atteignent, comme nous allons le voir, des sommets. Et lorsque l’on sait que le coût est celui du clic, pas de la conversion, les coûts d’acquisition client peuvent parfois s’envoler.

Les 20 mots clés les plus chers sur Google Adwords

Le site WordStream a publié il y a quelques temps une infographie listant les vingt mots clés anglais les plus concurrencés et donc les plus chers chez Google Adwords. Voici la liste des 10 premiers  :

  1. Insurance (Assurance) 54,91 $
  2. Gaz, Electricity 54,62 $
  3. Attorney (Avocat) 47,07 $
  4. Mortgage (Prêt immobiliers ou hypothécaires) 47,12 $
  5. Claim (plainte, réclamation) 45,51 $
  6. Loans (Prêts) 44,28 $
  7. Lawyer (Juriste, Avocat) 42,51 $
  8. Conference call (Conférence téléphonique) 42,05$
  9. Recovery (recouvrement) 42,03 €
  10. Donate (Faire un don, contribution) 42,02$

Et les mots clés francophones les plus chers ? 

Je n’ai pas de liste avec classement fiable à vous fournir, mais je peux vous donner quelques tendances connues. Globalement les mots clés les plus chers sur Google Adwords France tournent autour de l’assurance, de la mutuelle et du crédit. Les prix les plus chers s’échelonnent entre 8 et 13€.
Mais il existe une catégorie de mots pour laquelle le CPC (coût par clic) est à la fois variable et complètement fou : les métiers liés aux « services d’urgence » tels que les serruriers ou les plombiers. Les prix peuvent aller jusqu’à 50 à 55 € pour « serrurier paris » ou pour « plombier paris« . Même en imaginant un taux de conversion fantastique de 25% à 50%, certains coûts d’acquisition client peuvent donc dépasser les 200 € ! Peut-être un début d’explication pour nos « amis de la capitale » du coût exorbitant de ces interventions.

Et nos mots-clés régionaux me demanderez vous… Et bien, pour les mêmes professions, les coûts maximum constatés sont d’environ 13 € pour Toulouse , de 1,40 € pour Albi et même de 0,70 € pour Tarbes. Devons-nous en déduire que nous perdons moins nos clés ou que nos fuites sont plus petites ? Ou encore que nos artisans sont plus raisonnables ? Il y a certainement un peu de tout cela…

Google Shoes Parlantes : des pieds moins bêtes, la meilleure façon d’marcher ?

Google a présenté à l’occasion du SXSW 2013 une paire de chaussures étonnantes et bavardes nommées fort à propos les Google Shoes.

Selon l’article de Ginjfo et celui de Engadget il ne s’agit rien d’autre que d’inspirer les fabricants de chaussures et d’explorer encore un peu plus le champ des possibles dans le domaine des IHM… et de la publicité.

Il n’empêche, ce qui n’est qu’une expérience aujourd’hui (dans le cadre du projet Art, Copy & Code dont nous reparlerons certainement) pourrait se retrouver dans la rue demain … Je n’ai plus l’âge de porter ce style de chaussures, encore moins de réaliser les prouesses du comédien de la vidéo de présentation du concept ci-dessous, mais si tel était le cas, je ne pense pas que j’apprécierais de me laisser guider par mes pieds, de recevoir leurs critiques ou de débattre avec eux. Au risque de m’entendre dire « toi, t’es plus bête que tes pieds ».

A l’adresse de ces godasses énervantes, je suis même tenté de reprendre la pensée profonde de ce grand philosophe qu’est Gustave Parking : :

« Il vaut mieux fermer sa g… et passer pour un c…, que de l’ouvrir et de ne laisser aucun doute à ce sujet »

Plus sérieusement, au delà du projet lui-même et de son originalité, ce qui fait l’intérêt de cette annonce c’est le contexte de sa création, le laboratoire d’idées Art, Copy & Code dont le credo annonce clairement la couleur :

A series of experiments to re-imagine advertising

(traduction : une série d’expériences pour ré-imaginer la publicité)

Peut-être me trompé-je mais je vois cela comme du « social marketing de l’offre » en quelque sorte, une stratégie qui a pour but de tester un marché, de provoquer la réaction des futurs consommateurs et d’inciter les fabricants à investir un domaine dont Google retirera bénéfice au travers de son métier de diffuseur. Qu’en pensez vous ?

 W.Marko

Visites virtuelles Pros de Google : 360° pour rester dans la bonne direction

Vous connaissez certainement le service Maps de Google et ses systèmes associés que sont streetview et les visites virtuelles, sinon, vous pouvez lire ceci avant de continuer…
Ok, puisque vous êtes revenus, je continue…
La firme de Mountain View a récemment étendu en France son offre en proposant des visites virtuelles 360° dédiées aux professionnels.

capture-business-photos-google

L’objectif est de permettre à tout établissement professionnel (boutique, hôtel, société,…) d’ajouter à ses résultats de recherche et à son positionnement sur maps une visite en immersion de ses locaux … et d’en faire la promotion grâce à Adwords Express, la version simplifiée de son service de publicité en ligne (sur lequel je reviendrai prochainement).
Les trois atouts avancés par Google sont explicites :

« Améliorez votre classement dans les résultats de recherche Google »

« Améliorez votre fiche Google+ Local »

« Affichez vos images sur Google Maps »

Pour accéder à ce service, vous devrez passer par un photographe professionnel agréé par Google; les prix sont à priori « encadrés » par une convention, d’après mes informations de 200 à 500€ selon le nombre de clichés et la situation géographique.

Les photos réalisées sont votre propriété (vous pouvez par exemple les réutiliser au sein de votre propre site) mais bien évidemment exploitables librement par Google.

Cette nouvelle fonctionnalité ouvre d’intéressantes perspectives marketing avec un champ d’application très large : Click & Mortar, magasin sans site web, établissements destinés au public mais également toute entreprise (Pure Player, sociétés de service..) souhaitant ramener son image « dans le réel »… d’une visite virtuelle.

Un exemple type de l’utilisation de ce service par une société de webmarketing canadienne « Megavolt Design Inc« . Notez le petit plus humoristique en n’oubliant pas de visiter les toilettes, une surprise vous y attend : http://t.co/dia8BLNlwg.

megavolt-maps-capture


Pour plus d’informations sur ce service
Google Business Photos :  http://www.google.fr/intl/fr/help/maps//

 W.Marko